Suivez nos actualités

Retour aux actualités

La formation est dans l’ADN d’Humando ! 

Laurent Serain, ingénieur de la formation chez Humando

Laurent Serain est l’ingénieur de la formation d’Humando Insertion et Humando Pluriels. C’est lui qui met en place l’ingénierie pédagogique et adapte les dispositifs existants pour optimiser la montée en compétence de nos salariés en insertion. En lien avec les agences, il programme les sessions de formation en fonction des problématiques et besoins des entreprises. Rencontre avec un passionné.

Laurent Serain, Ingénieur de la Formation d’Humando

« Notre mission, c’est de lever tous les freins à l’emploi pour les personnes que nous accueillons, afin qu’elles puissent se réinsérer dans la vie professionnelle et que leurs principales problématiques personnelles soient résolues », explique Laurent Serain, qui exerce depuis février 2017 son activité à temps complet pour Humando après 27 ans passés chez Adecco à gérer, entre autres, le plan de formation de l’Ile de France, de la région Centre et de la Normandie.

« Sur le marché du BTP par exemple, qui est quand même une grosse partie de notre activité, nous avons souvent des besoins de recrutement de personnes ayant un certain bagage technique afin de pouvoir réaliser les missions qui leur sont confiées. La formation arrive par le biais des entreprises : nos salariés réalisent des heures de travail en insertion et nous les montons en compétences dans le cadre de leurs missions. » Des formations personnalisées, essentiellement, mais dans le cadre du Grand Paris, où la demande de personnel en insertion est importante, il est amené à réaliser des programmes de formation en alternance pour des groupes à travers des CIPI (Contrats d’insertion du personnel intérimaire) ou des contrats de professionnalisation.

« J’essaie d’allier les deux, car sur certains métiers, lorsque vous préparez les gens à un diplôme ou à un titre homologué, le nombre d’heures de formation prévues dans un contrat de professionnalisation est trop court, étant donné que les personnes que nous positionnons n’ont pas d’expérience préalable. Dans ce cas, je couple un CIPI avec un contrat de professionnalisation. Le CIPI (qui va de 210 heures à 420 heures – NDLR) dans un premier temps, sert de période d’essai, à la fois pour le salarié et pour l’entreprise, et ensuite, on les intègre sur des contrats de professionnalisation. »

Environ 150 contrats de professionnalisation et CIPI sont signés chaque année, assure l’ingénieur de formation : « Nous intervenons dans le domaine du BTP, en formant des mineurs-boiseurs, des coffreurs, des maçons VRD (Voiries Réseaux Divers), des canalisateurs, des opérateurs tunneliers, des électriciens. Dans le domaine de l’Industrie, nous préparons à des CQP (Certificat de Qualification Professionnelle- NDLR) et des titres professionnels, en formant des opérateurs régleurs sur machine. Nous formons également des opérateurs CIMA (Conduite et Installation de Machines Automatisées), des contrats de professionnalisation d’équipier automobile de production industrielle, notamment avec Renault. Et puis nous avons lancé une nouvelle opération avec L’OREAL : quatre sites sont concernés et deux agences : Saint-Quentin et Compiègne. Neuf salariés préparent un titre professionnel CIMA dans le but de pouvoir intégrer le Groupe L’Oréal par la suite. L’opération a été réalisée en 2017 et reconduite cette année avec succès.

Laurent Serain n’est pas peu fier de sa dernière réalisation : le montage de contrats de professionnalisation dans le domaine de la logistique, sur un titre d’opérateur de commande et cariste. Et il se lance déjà vers d’autres pistes, dans le domaine de l’environnement et celui de la restauration, où un projet est déjà prêt à aboutir. « Nous faisons en sorte que quelqu’un qui rentre chez nous comme manutentionnaire ou manoeuvre, avec, malheureusement, un bas niveau de qualification, en sorte au bout de 24 mois en ayant évolué vers un métier à valeur ajoutée. Car la formation est dans l’ADN d’Humando : c’est ce qui permet à nos salariés en insertion d’acquérir un métier. »