Suivez nos actualités

Retour aux actualités

Portrait de Farah, nouvelle recrue d’Humando Pluriels

Pour la rentrée, Humando Pluriels accueille deux nouvelles recrues. La première arrivée est Farah, nouvelle chargée de recrutement, qui a souhaité rejoindre l’équipe pour son année d’alternance. Bienvenue Farah !

 

Pour commencer, qu’est-ce qui t’amuse ?

Le rire des autres, c’est contagieux !

 

Si je te dis recrutement, tu penses à quoi ?

Au développement, à l’accompagnement des personnes que l’on recrute. Mais aussi au changement de situation, changement de vie, parce que le recrutement, c’est faire évoluer les gens.

 

Tu voulais faire quoi quand tu étais petite ?

Je voulais être styliste, avocate aussi, que des métiers avec des personnalités pas affirmées du tout ! [rires] J’aimais beaucoup dessiner, et tout ce qui touche à la créativité.

Ce ne sont pas les mêmes métiers avec le recrutement, mais l’humain est le dénominateur commun.

 

Tu dessines encore ?

Je dessine sur les gens, je les maquille. En complément de mes activités, je coiffe et je maquille les mariées. J’utilise mes outils afin d’exprimer ce que dégage la personne. Cela peut être de la détermination, ou de la douceur, par exemple. Je souhaite valoriser la personne, parce que lorsque l’on se sent belle, on dégage automatiquement plus de confiance et d’assurance.

 

 Ce n’est pas trop stressant de coiffer les mariées ?

Oui, les mariées sont très stressantes ! J’ai même commencé à écrire un article sur les Bridezillas (association de Bride : mariée et Godzilla) ! [rires] Une de mes dernière cliente m’a inspiré ce texte pour avertir les futures mariées des moments de stress intenses.

 

Du coup, pourquoi Humando Pluriels ?

Pour la diversité et pour ses valeurs, c’est surtout pour ça. Parce que moi-même j’ai un parcours atypique et lié au handicap. Je suis issue d’une communauté à double culture et des quartiers. Je n’ai jamais ressenti de discrimination mais j’ai pu la voir, en être témoin. J’y ai toujours été sensible.

Ce que je veux, c’est accompagner les gens, être à l’écoute, être dans l’aide et la valorisation des personnes, afin de révéler leur talent.

 

Qu’est-ce que tu regardes comme séries en ce moment ?

Je viens de terminer « Orange is the New Black », et mes filles me font regarder « The Handmaid’s Tale ». Et j’ai terminé « Murder », l’avocate de base, manipulatrice, stratégique et talentueuse à l’extrême, qui met ses connaissances au service des autres pour se racheter.

 

Les citations qui t’inspirent

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible par les yeux » d’Antoine de Saint Exupéry.

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir » d’Henri Matisse.

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. » de Marc Aurèle

 

Un(e) professeur(e) qui t’a marqué

J’avais une super prof en BTS. On sentait qu’elle avait bossé avant de venir en classe. Elle te donnait le papier, toi t’y restais 4 semaines parce qu’elle te faisait faire des projets. Et elle t’accompagnait, mais tu étais totalement impliqué dans ton devoir. Elle était vraiment douée.

 

Qu’as-tu envie de dire aux jeunes diplômés qui sortent de l’école ?

De ne pas être pressé. Aujourd’hui tout va trop vite, et on demande à nous, humain, d’aller aussi vite que des machines. On en demande beaucoup aux jeunes, aux salariés, d’un point de vue compétences, et on oublie qu’on est des humains. Ce n’est pas parce que l’entreprise à un regard « performance » qu’on doit le suivre.

Donc ne soyez pas pressés, posez-vous les bonnes questions. « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » disait Gandhi.