Suivez nos actualités

Retour aux actualités

Les chantiers du Grand Paris : une formidable opportunité pour les salariés d’Humando Insertion

Hichem Azaïez, directeur multi-sites d’Humando

Avec 15 millions d’heures d’insertion prévues sur les 13 prochaines années, les chantiers du Grand Paris sont une aubaine en termes d’emploi et de qualification pour nos publics, qui bénéficient de formations sur des métiers à forte valeur-ajoutée comme les opérateurs-tunneliers, coffreurs-génie-civil et mineurs-boiseurs. Entrevue avec Hichem Azaïez, directeur multi-sites d’Humando Insertion, en charge du suivi des opérations pour le Grand Paris.

La construction des infrastructures du Grand Paris va permettre aux agences d’Humando Insertion de se positionner sur les travaux de génie civil et de travaux publics sur de nombreuses opérations qui nécessitent des recrutements de grande ampleur. Aujourd’hui, 6 agences d’Ile de France sont mobilisées sur une dizaine de chantiers et 115 personnes en équivalent-temps-plein sont en parcours d’insertion sur différents métiers : électriciens, aides-mécaniciens, conducteurs d’engins, coffreurs-génie civil, mineurs-boiseurs, hommes-trafic et gestionnaires de déblais. 250 000 heures d’insertion ont déjà été réalisées sur un prévisionnel de 2 millions d’heures, ce qui correspond donc à un peu plus de 10 % d’avancement.

« On est au tout début de ce très gros chantier qui demande énormément de formation et d’encadrement», signale Hichem Azaïez. « Nous formons les publics sur des contrats de 18 mois. Par exemple douze personnes sont actuellement en formation au métier de mineur-boiseur sur la Ligne 11 du métro parisien, au sein de différentes entreprises adjudicatrices. Il s’agit d’un métier qui n’existait plus, car on n’a pas creusé de tunnel depuis très longtemps en Ile de France. Nous avons déjà monté une opération de formation sur les métiers d’opérateurs tunneliers avec le Centre Gustave Eiffel pour les lignes 14 et 15. Nous travaillons également avec l’AFOR-TP et avec l’AFPA, car de nombreuses entreprises sollicitent des publics formés sur ces métiers ».

Humando Insertion, présent sur les plus gros chantiers du Grand Paris

Le projet EOLE, tout d’abord, avec 26 personnes qui travaillent actuellement sur le prolongement de la ligne du RER E concernant notamment le chantier de la nouvelle gare du CNIT à La Défense et le creusement du tunnel entre Haussmann et La Défense

Le projet de la Ligne 15 est également un chantier important pour Humando. Cette ligne se décompose en plusieurs tronçons sur lesquels sont prévues entre 60 000 et 350 000 heures d’insertion. 27 salariés en insertion y sont positionnés actuellement.

17 personnes sont mobilisées sur le prolongement la Ligne 14 jusqu’à Saint-Denis-Pleyel. C’est sur ce chantier qu’ont été formés les premiers opérateurs-tunneliers, car c’était l’une des premières opérations sur laquelle Humando Insertion est  intervenu.

Le prolongement de la Ligne 11 depuis la Porte des Lilas jusqu’à Montreuil vient de démarrer. 18 personnes sont mobilisées sur ce chantier, dont les 12 intérimaires en cours de formation au métier de mineur-boiseur dans le cadre du CIPI*, qui sera bientôt suivi d’un Contrat de Professionnalisation.

15 personnes interviennent sur le chantier du prolongement de la Ligne 4 à la hauteur de Bagneux. 24 mineurs-boiseurs ont été formés dans le cadre de cette opération, dont certains ont déjà été embauchés en CDI.

« Il y a beaucoup de méconnaissance autour de ces métiers qui n’attirent pas forcément les jeunes », confie Hichem Azaïez.  « Ce sont pourtant des métiers porteurs, proches du génie civil et des travaux publics, des domaines où la population est vieillissante et où les entreprises cherchent à renouveler leurs effectifs. Ces entreprises seront donc intéressées par nos publics, qui ont été bien formés et trouveront aisément une reconversion vers les métiers du bâtiment. Nous accentuons les informations collectives et sommes davantage présents sur les forums afin de sensibiliser les publics sur les métiers de demain », souligne-t-il.

Le Grand Paris Express : un réseau de transport moderne et étendu

Avec 8,5 millions de voyageurs qui empruntent quotidiennement les transports en commun, les infrastructures ferroviaires d’Île-de-France accueillent près de 40 % du trafic national. Pour faire face à l’augmentation importante du trafic (+ 21 % en 10 ans), le Gouvernement et les collectivités territoriales portent ensemble la réalisation d’un ambitieux projet de développement des transports, qui articule les besoins de modernisation et d’extension du réseau existant et la réalisation de nouvelles lignes de métro automatique. C’est un enjeu de qualité de vie, afin que les conditions d’exploitation du réseau soient plus fiables, plus confortables et apportent une meilleure qualité de service aux usagers. Mais c’est également un enjeu pour l’emploi, avec environ 15 000 à 20 000 emplois directs créés par les travaux dont 15 millions d’heures d’insertion prévues par les clauses, ce qui représente 5% du volume horaire.

La RATP est le maître d’œuvre du prolongement des lignes de métro dans le cadre des chantiers de la Métropole du Grand Paris, tandis que le maître d’œuvre du chantier EOLE est la SNCF. En ce qui concerne le Grand Paris Express, dont la construction de la Ligne 15 a démarré, le maître d’œuvre est la Société du Grand-Paris. Les entreprises attributaires de ces marchés, comme Bouygues TP, Eiffage ou Vinci, emploient de nombreuses petites entreprises sous-traitantes, qui sont les clients directs d’Humando Insertion.

Un projet, deux volets

Le premier volet porte sur la modernisation et l’extension du réseau existant selon le plan de mobilisation de plus de 12 milliards d’euros convenu entre la région Ile-de-France, l’État, les départements et le STIF (dont 7 milliards à engager d’ici à 2017). Cela comprend, notamment, le prolongement du RER E à l’ouest, des prolongements de ligne de métro, la création de bus à haut niveau de service et de tramways, la modernisation des RER et l’amélioration des lignes de Transilien. Le second volet repose sur la création de nouvelles lignes de métro automatique, le Grand Paris Express. Le coût total de ces opérations sera de 22,625 milliards d’euros. Les travaux ont débuté en 2015 et, de 2022 à 2030, toutes les lignes seront mises progressivement en service. L’ampleur du projet est sans précédent : 200 km de métro et 68 nouvelles gares.

CIPI : Contrat d’Insertion Professionnelle Intérimaire