Suivez nos actualités

Retour aux actualités

Journée des Initiatives Territoriales pour l’Emploi : Humando et le FAF.TT présentent leur dispositif sur la Somme

Sandrine Pertin, responsable développement et accompagnement dans l’industrie et la métallurgie, est intervenue à la Journée des initiatives territoriales pour l’emploi pour présenter, en compagnie de Natacha Pierre, déléguée territoriale Picardie pour le FAF.TT, leur expérimentation sur les territoires du Vimeu et de la Vallée de la Bresle.

Parcours multiples pour des publics diversifiés

25 stagiaires ont bénéficié d’une formation dans les secteurs de la métallurgie et de l’industrie. Des organismes de formation, le FAF.TT, le FAS.TT ainsi que des agences de travail temporaire se sont associés pour amener des intérimaires et des personnes éloignées de l’emploi vers des compétences transférables dans plusieurs secteurs industriels, dont les métiers de la métallurgie et ceux du secteur verrier, très présents sur le territoire et en recherche constante de main d’œuvre qualifiée.

La plus grande partie des effectifs a été prise en charge par Humando, comptabilisant 9 personnes au total, dont quatre femmes et six jeunes de moins de 25 ans. Seulement 3 d’entre eux envisageaient un avenir professionnel dans l’industrie, mais tous sont sortis enthousiastes de la formation.

Invitée en début d’année à témoigner pour l’agence d’Amiens, Katie Sauve, stagiaire en soudure de 56 ans, nous avait parlé de son parcours avec Humando : « C’est un accompagnement de tout instant et de toutes demandes, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Les équipes sont toujours là pour nous répondre. En fait, ce qui est important chez Humando, c’est l’humain. »

Afin de répondre aux besoins des entreprises du territoire, le projet du FAF.TT était de construire un dispositif de modularisation découpé en 3 socles : le premier a commencé le 18 décembre 2018 pour une période de remise à niveau selon le référentiel CLEA. La seconde période a permis aux stagiaires de découvrir trois métiers en tension la conduite de ligne avec une option verre, la soudure et l’usinage. Le troisième socle a conduit les collaborateurs à la formation qualifiante dans l’un des trois métiers vers un Titre Professionnel : CIMA (Conducteur d’Installations et de Machines Automatisées) option Verre, soudeur ou ORU CN (Opérateur Régleur Usinage sur Commande Numérique).

L’objectif premier était de lever les freins de la qualification et de donner aux stagiaires une chance de trouver un emploi durable après l’accompagnement.

JITE 2019
Nathalie Pierre du FAF.TT et Sandrine Pertin de la Direction Nord d’Humando présentent leur initiative dans la Somme à la table ronde « Compétences transverses et métiers de demain » – 21 juin 2019

Le second objectif pour le FAF.TT était d’apporter une solution à la problématique de la mobilité, très présente dans ces zones rurales. Par conséquent, Natacha Pierre avait intégré dans son cahier des charges l’accès au permis B. Les stagiaires qui n’en n’étaient pas titulaires ont pu ainsi bénéficier de cette formation en complément de leur formation qualifiante.

Trois formations pour trois sorties possibles en emploi, tel était l’enjeu du consortium picard : « En développant des compétences transférables entre différents secteurs, nous favorisons la mobilité intersectorielle afin de garantir des projets de vie durable », nous explique Sandrine Pertin.

Un territoire riche et pourtant peu attractif

Souvent méconnue, c’est pourtant dans la vallée de la Bresle que se produit 75% des flacons dans le monde. Mais les travailleurs historiques du secteur partent progressivement en retraite, poussant les entreprises à renouveler 60% de leurs effectifs d’ici deux ans.

Le Vimeu et la vallée de la Bresle sont également des territoires au fort taux de chômage, avec en plus peu de chômeurs qualifiés. La formation leur permet donc d’obtenir, souvent pour la première fois, un diplôme reconnu par les secteurs de l’industrie et de la métallurgie, mais également de leur construire un réseau et une expérience professionnelle. Après seulement 700 heures de formation, les CV des stagiaires ont pu s’étoffer et se créer.

Autre frein qu’il a fallu lever pour le dispositif, celui de la mobilité. Grâce à cette action innovante, 6 personnes ont pu passer leur code de la route et leur permis, seul garant d’une autonomie professionnelle.

Les résultats de leur titre professionnel seront bientôt connus, espérons que le taux de réussite soit de 100% et que les entreprises d’accueil souhaitent reconduire les stagiaires en contrat durable. A suivre !